Notre Assemblée Générale Ordinaire étant passée, vous trouverez ci-dessous le lien de téléchargement notre Rapport d’Activité 2018.

Rapport d’Activité 2018

 

« 2018 : Une année de transition »

Dire que l’année 2018 est passée très vite est un constat que nous mettons en avant depuis plusieurs années. Dire que les situations des personnes qui nous sont confiées ont continué à être difficiles relève du cliché et malheureusement de l’évidence.

Pourtant Il s’en est produit des choses au cours de cette année à nulle autre pareille. Nous avons décidé, parce que nous l’avons tous vécu de nos places, d’instituer 2018 comme une année de transition. Pour ceux qui suivent nos rapports d’activité depuis quelques années, vous vous souvenez des changements qui ont été envisagés ces dernières années. Ces changements ont été mis progressivement en actes depuis 3 ans. Notre stratégie de réorganisation et l’élaboration co-construite de notre développement avec les professionnels de terrain, les bénévoles de l’association et nos publics, a permis le passage vers une structure renouvelée dans ses fondements, ancrée dans les réalités de son époque et dans une réactualisation de ses valeurs et de son projet à travers la déclinaison de la nouvelle offre de service proposée.

La transition qui a eu lieu concerne différents domaines qui tous liés entre eux a permis de donner une nouvelle dynamique et une nouvelle cohérence dans ce qu’est notre association et dans la vision qu’elle porte en tant que structure citoyenne et solidaire, républicaine et actrice des politiques publiques pour lesquelles elle est sollicitée.

  • Une année de transition organisationnelle et managériale :

Le départ en retraite programmé du directeur du CHRS, dont nous saluons ici le travail réalisé durant 28 années au service de la réinsertion des personnes placées sous main de justice, avait été anticipé depuis de nombreuses années. Le futur directeur de l’ensemble des services et établissements de l’association a été formé et qualifié en amont de ce départ. C’est ainsi que la période de transition organisationnelle et managériale s’est mise en œuvre dès le second semestre de l’année. Passage de consignes, mais également réalisation d’un diagnostic qui a abouti à l’élaboration d’un plan d’actions mis en œuvre dès le mois de décembre 2018 et qui va se poursuivre sur les prochaines années.

La stratégie de développement de nos réponses aux besoins identifiés chez les publics que nous accompagnons passe par le décloisonnement et la coordination de l’action de nos différents services, par une attention particulière apportée à l’accompagnement au changement auprès des professionnels de l’association, par la mise en œuvre à terme d’un nouvel organigramme de notre structure, par le développement de nouvelles pratiques professionnelles et la mobilisation de nouveaux outils de soutien aux pratiques professionnelles des salariés d’Antenne et par une mobilisation accrue du plan de développement des compétences dans les prochaines années afin d’améliorer la qualité de service rendu aux personnes accueillies et accompagnées.

Les défis qui nous attendent et les réponses que nous nous proposons de porter dans un avenir proche ne pourront se réaliser que dans la perspective d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences audacieuse, adaptée et engagée. Partant de ce constat, nous avons durant l’année 2018, mobilisé de façon plus intense notre plan de formation et aménagé les temps présents et futurs nécessaires pour permettre à de nombreux salariés de monter en compétences.

En parallèle de ces temps de formation, un important fonds documentaire a été constitué, embryon de notre futur centre de ressources documentaires. De nombreux ouvrages et collections (Dunod, Cahiers de l’Actif, Direction, ASH, Liaisons Sociales, etc…) sont disponibles pour les salariés qui peuvent ainsi venir nourrir leur réflexion permettant ainsi la prise en compte de nombreux enjeux à l’œuvre et une élaboration plus fine dans les projets qu’ils développent au profit des personnes accompagnées.

Par ailleurs à de nombreuses reprises, les salariés ont été encouragés à se rendre dans des institutions diverses, ne relevant pas forcément du secteur de la précarité, afin d’observer ce qui se fait ailleurs et y trouver des pratiques inspirantes voir innovantes et transposables dans notre secteur. En ce sens, les services et établissements d’Antenne, se sont ouverts à et sur leur environnement, tel que préconisé par les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM. Cette pratique de parangonnage a impacté la politique de recrutement qui s’en est également inspirée puisque nous n’hésitons plus à recruter aujourd’hui des profils de professionnels diplômés qui viennent d’autres secteurs du champ social et médico-social (Handicap et Enfance notamment). Le croisement des compétences, des expériences et des parcours professionnels variés présents au sein de l’association, sont une plus-value dans les réponses que nous portons aujourd’hui, et une réponse à la situation de difficultés de recrutement que connait le secteur de la précarité aujourd’hui. L’attractivité d’un secteur passe aussi par une refonte des modèles organisationnels proposés.

Tout ce qui a été décrit plus haut n’aurait pas été possible sans l’indéfectible engagement quotidien de l’ensemble des salariés de l’association. Ils ont construit du sens à leur action et à travers cette démarche, ils ont rendu possible la nouvelle organisation qui s’est mise en place. Nous leur adressons donc nos plus vifs remerciements pour s’être emparés de la clef des possibles qui leur a été proposée et nous les encourageons à continuer dans les années à venir à cultiver cette ouverture et cette curiosité constructive. 

Nous n’oublions pas le développement important durant l’année du nombre de personnes qui se sont portées volontaires pour nous offrir de leur temps et de leurs compétences dans le cadre d’un engagement bénévole à nos côtés. Nous avons doublé en une année le nombre de bénévoles qui interviennent chaque jour de la semaine auprès de nos publics dans l’apprentissage du français et l’acquisition de la maitrise de la langue et du contexte de vie sociale. Nous remercions chaleureusement nos bénévoles qui se sont mobilisés de façon intensive toute l’année auprès des personnes accompagnées. Au-delà des apprentissages, ils portent également une dimension humaine et humanisée de la solidarité et de la relation à l’autre.

Enfin, nous avons également mis sur pied une équipe de direction renouvelée et complétée dans sa composition et dans les compétences mobilisées. Composée à la fin de l’année d’un directeur unique, de deux chefs de service et d’une coordinatrice, elle forme désormais une équipe unie et soudée doublée d’une architecture solide pour accompagner la mise en œuvre et la réalisation du projet associatif ainsi que les actions qui nous sont confiées par les pouvoirs publics. Cette équipe de direction motivée a été un pilier dans l’organisation et la mise en œuvre des changements intervenus durant l’année.  Son intervention et son soutien aux équipes a permis ce passage et cette transition vers un nouveau cadre de nos actions. Nous n’oublions pas non plus le rôle important des services généraux de l’association dans le travail réalisé. La dynamique observée sur le terrain a été possible parce que les dimensions comptables, financières et logistiques ont pu préparer et suivre au plus près tous les changements qui ont eu lieu. La gouvernance de l’association a également participé activement aux différents changements. Le Conseil d’Administration a ainsi élaboré et validé un nouveau document unique de délégation permettant une lisibilité à tous les niveaux de l’organisation et des responsabilités de chaque partie prenante.

La nouvelle dynamique organisationnelle a mis toutes les parties prenantes en lien les unes avec les autres. Ce décloisonnement est porteur de nombreux possibles et démontre la capacité de notre structure à être un acteur qui s’adapte constamment aux nécessités auxquelles elle est confrontée.  

  • Une transition dans la dimension structurelle de l’association :

Le changement de paradigme et d’organisation est à mettre en lien avec le changement de dimension structurelle de l’association. Antenne est une jeune fille qui a grandi doucement en prenant le temps à chaque étape de sa croissance, de bien s’appuyer sur des assises solides, que celles-ci relèvent de pratiques professionnelles pensées et référées, ou qu’elles relèvent de l’appui fort des pouvoirs publics dans les réponses innovantes et engagées mises en œuvre depuis 45 ans.

Nous avons été sollicités ces dernières années dans la mise en œuvre opérationnelle d’un certain nombre de dispositifs : plans hivernaux, hébergement et accompagnement global de ménages à droits incomplets, expérimentation du bénévolat des personnes bénéficiaires du RSA, développement de dispositifs de peines alternatives, etc…

En 2003, Antenne comptait 7 bénévoles et 12 salariés répartis dans 5 services. 15 ans plus tard, L’association compte 20 bénévoles et 43 à 70 salariés (selon les moments de l’année) répartis dans 10 services. Le nombre de salariés a doublé au court des quatre dernières années. En 2017 l’activité de l’association a augmenté de 30% une première fois, puis à nouveau de 30% en 2018. Ces chiffres restent très modestes au regard de la dimension de la plupart des structures du secteur. Néanmoins ils montrent que la dimension de l’association se transforme et que son impact en tant qu’actrice dans les réponses mises en œuvre  devient important sur son territoire d’intervention.

En 2018 le service Ménages à Droits Incomplets a connu une extension de places à l’issue de la période hivernale. 50 places supplémentaires nous ont été attribuées à la suite de notre réponse à l’appel à projet lié à la pérennisation de places hivernales. Le service accompagne désormais 143 personnes réparties en 37 familles et en fait aujourd’hui le service le plus important de l’association en termes d’activité.

Depuis plusieurs années Antenne est l’opérateur hivernal le plus important sur le département. En 2018 nous avons assuré l’hébergement de nombreuses personnes isolées et de familles sur le site de l’ancien hôpital Lyautey à Strasbourg. De janvier à avril, c’est un total de  230 places qui ont été mobilisables chaque nuit. A partir du mois de mai, l’hébergement s’est poursuivi pour les familles. Pour la première fois, une campagne estivale a pris le relais d’une campagne hivernale. De mai à octobre des places familles ont été maintenues sur le site Lyautey, permettant de répondre aux besoins de mise à l’abri mais également de places d’attente le temps que les personnes puissent être réorientées sur divers dispositifs. Le dispositif a été fortement apprécié lors des nombreuses évacuations de campements qui se sont déroulées au cours de l’été et de l’automne. Cette augmentation de places mobilisées tout au long de l’année s’est traduite par une activité plus intense et l’embauche de nombreux personnels pour faire face à la situation. Le parc de logements s’est mécaniquement étoffé pour prendre une ampleur qu’il n’avait pas encore connu jusque-là. L’association gère aujourd’hui un parc de  65 logements allant du T2 au T5. Ce changement de dimension nécessitera dans les années à venir le développement de services généraux mieux pourvus et mieux constitués pour soutenir la bonne marche globale de l’association. Cette bonne marche devra également s’appuyer sur des partenariats renforcés au niveau du territoire. En 2018, nous avons poursuivi notre travail de développement des partenariats et de nombreuses conventions de partenariat ont été établies avec des structures intervenant tant le champ social que dans le champ de l’insertion par l’activité économique. Des premières rencontres avec des structures relevant du champ sanitaire, devront faire l’objet de nouveaux partenariats en 2019. On retiendra que l’année 2018 s’est traduite par une nouvelle inscription de l’association dans son territoire à travers les actions qu’elle mène aujourd’hui sur l’ensemble de l’Eurométropole de Strasbourg. 

  • Une transition dans le profil des publics accompagnés :

La question des migrants a été présente dans chacun des services de l’association en 2018. L’impact de cette question touche aujourd’hui l’ensemble des actions mises en œuvre par Antenne. Entre 30% et 100% des publics accompagnés par l’association et selon les services, relèvent de personnes issues des flux migratoires qui traversent les questions de société aujourd’hui. A notre niveau cela a entrainé en 2018 l’élaboration de nouvelles réponses et de nouveaux modes opératoires dans les prises en charge et les accompagnements réalisés. Cette situation a accéléré le décloisonnement de l’action des services pour inscrire celle-ci dans une meilleure coordination des intervenants autour des situations et intégrer progressivement une nouvelle logique de travail s’inspirant modestement de la logique des plateformes de services portée par les nouveaux modèles organisationnels souhaités par les pouvoirs publics.

On retiendra également le poids des difficultés sanitaires dans les accompagnements mis en œuvre. Alors que globalement l’état de santé de nos publics traditionnels s’était progressivement amélioré ces dernières années, 2018 vient marquer un grand retour en arrière. Un nombre très important de personnes présentent aujourd’hui des pathologies lourdes dont la prise en compte ne devrait pas relever du secteur de la précarité, mais du handicap et du champ sanitaire en général. Une fois de plus, nous ne pouvons que regretter le manque de passerelles et de coordination entre le champ social, le champ médico-social et le champ sanitaire. Nous avons également observé dans chaque service l’augmentation du nombre de situations agressives et conflictuelles liées à des personnes en souffrance psychologique et psychiatrique dans la plupart des cas. Le nombre de personnes en situation de rupture de soins a très fortement augmenté cette année. Les réponses mobilisables en matière de prise en charge de la souffrance psychiatrique restent insuffisantes, tout comme la coordination entre les secteurs sanitaires, médico-sociaux et sociaux.

En rédigeant ce rapport d’activité, nos services ont été néanmoins surpris par un élément positif : le retour à l’emploi de nombreuses personnes (qu’elles soient bénéficiaires du RSA ou personnes dites à droits incomplets). Il y a bien eu un frémissement positif de l’activité économique en 2018, qui a directement permis à des personnes accompagnées et préparées par nos services, de pouvoir accéder à un emploi. Oh, certes, il s’agit d’emplois peu qualifiés. Mais des emplois quand même ! Pour autant, nous ne pouvons pas oublier ceux qui restent encore très éloignés du marché du travail, de plus en plus éloignés de tout repère et pour qui on est loin des possibilités d’insertion professionnelle à moyen terme. Le travail avec ce profil de personnes est avant tout un travail de construction ou de reconstruction personnelle et une recherche de sens. Les parallèles avec les publics d’autres champs du secteur médico-social peuvent s’établir et il faudra dans les années à venir, s’en inspirer en adaptant les modèles existant aux réalités de nos publics. 

  • Et demain ? :

Enfin, la dernière situation de transition est la transition en matière de gouvernance de l’association qui s’est préparée durant l’année 2018. En 2019, une nouvelle présidence se mettra en place. L’actuel Président va céder sa place après avoir tenu cette fonction durant 16 ans. Nous souhaitons ici le remercier pour avoir eu le courage de porter Antenne vers de nouveaux chemins au service des autres. Durant ces 16 années, le travail réalisé par le Président et le Conseil d’Administration a permis à Antenne de grandir et de changer. L’association a connue des temps de crises dont elle toujours sortie grandie et plus forte. Nous l’avons vu élaborer, proposer et mettre en œuvre des réponses innovantes en matière de prise en charge et d’accompagnement des personnes vulnérables qui lui était adressées. Nous avons vu à de nombreuses reprises ses professionnels étourdis par le tumulte des changements de l’environnement et pourtant toujours se mobiliser fortement pour faire face. Ce courage quotidien, car c’est du courage, nous encourageons chacun et chacune des parties prenantes de l’association à continuer à le nourrir de vos espoirs, de vos engagements, de vos convictions et de votre inébranlable foi en l’Homme pour que la transition engagée en 2018 se traduise par l’ouverture de nouveau possibles pour les personnes que nous accompagnons.